liins-logo
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

La mise en place du chômage partiel de masse pour plus de 11 millions de salariés français est l’une des grandes mesures de l'État pour faire face à l’épidémie de Covid-19. Concrètement, cette disposition permet aux salariés concernés de conserver a minima 70% de leur salaire brut (100% pour les salariés au smic). Mais cela implique des modifications sur les droits à la retraite, notamment pour les plus précaires.

Cette information se retrouve directement sur votre fiche de paie : au niveau de votre salaire mensuel net s’est ajoutée une ligne « Heure d’absence activité partielle » : elle correspond au nombre d’heures pendant laquelle vous avez été placée en chômage. Mais alors quels sont impacts réels pour les personnes concernées ?  

Chômage partiel rime-t-il avec cotisation pour la retraite ?

Non, le chômage partiel ne permet pas de cotiser pour le régime général. Les indemnités versées ne sont soumises qu’à la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS).

Cela signifie-t-il que je vais avoir une plus petite retraite ?

Confinement oblige, la loi sur la réforme des retraites s’est légèrement faite oublier ces derniers temps : la retraite du régime général reste donc calculée sur les 25 meilleures années. Pour que l’année 2020 ait un réel impact sur votre future retraite, il faudrait que cette année soit l’une des meilleures de votre carrière pour que votre pension retraite se voit impactée… Même s’ils ne sont pas nuls, les risques restent tout de même extrêmement faibles.

Et pour mes trimestres de cotisation ? Pour autant que cela soit le cas pour vous, le fait de rester deux mois en chômage partiel ne se ressentira pas sur votre année en général. La crainte est qu’en cas de prolongement de la durée du chômage partiel, des salariés perdent un trimestre complet de cotisation. Pour l'heure, les Français ont peu à craindre sachant qu'il suffit de justifier 600 heures payées au Smic sur l'année pour valider quatre trimestres.

Mais si la situation perdure ?

Disons qu’à partir de 6 mois, cela peut avoir un impact sur votre pension de retraite. Dominique Corona, Secrétaire Général Adjoint de l’UNSA affirme que « si la situation perdure, c’est sûr qu’il sera nécessaire de réfléchir à la question ».

La retraite est l’une des grandes étapes d’une vie, et cela se prépare… Si vous avez des questions sur le PER notamment, ou si vous hésitez entre plusieurs placements pour votre retraite, contactez-nous pour une analyse de votre situation. Celle-ci permettra de vous préconiser la solution la mieux adaptée.

garantie_visale

Investir dans l’immobilier, oui… mais avec quelles garanties ? Et si mon locataire ne me paie pas, quels sont mes droits ? Si vous êtes intéressés par l’investissement locatif, vous vous êtes très certainement poser ce genre de questions. A juste titre d’ailleurs. Mais alors qu’il fallait auparavant souscrire une assurance privée pour se prémunir des loyers impayés, la garantie Visale protège désormais gratuitement les propriétaires bailleurs.

La garantie visale : une assurance contre les loyers impayés

Le sujet des loyers impayés a récemment occupé le devant de la scène médiatique avec la proposition controversée de la FNAIM visant la création d’un fichier national des locataires mauvais payeurs. Si, devant l’indignation suscitée, la FNAIM a décidé mi-février de suspendre (temporairement) la mise en place de cette liste noire, elle a permis notamment à Julien Denormandie, Ministre de la Ville et du Logement, de rappeler tout l’intérêt de la garantie Visale.

Louer son logement en toute confiance

La garantie Visale a été mise en place courant 2016, avec un double objectif : d’une part, permettre aux locataires au dossier « fragile » de trouver plus facilement un logement, et, d’autre part, redonner confiance aux propriétaires bailleurs, en incitant les plus frileux à (re)mettre sur le marché des logements qui seraient restés vacants.

Concrètement, la garantie Visale est une assurance contre les impayés de loyer, qui court pendant toute la durée du contrat de location. Dans le cas où le locateur de votre logement ne paie pas son loyer mensuel, Visale couvre jusqu’à 36 mois d’impayés de loyers et de charges. Dans le fonctionnement, Action logement verse les sommes dues au bailleur. Le locataire quant à lui rembourse sa dette à l’organisme en étalant les mensualités sur une période donnée.

Les démarches pour en bénéficier sont plutôt simples : tout se fait en ligne, via une interface intuitive et sécurisée sur www.visale.fr.  

Conditions d'éligibilité

Côté locataire, les avantages sont appréciables : plus besoin de garant. La garantie Visale dispense également le locataire de fournir une caution à l’entrée dans le logement.

Cette aide financière reste destinée à certains profils de locataires :

Si vous louez votre appartement à un couple, il suffit que l’un des cotitulaires du bail bénéficie de Visale pour que l’ensemble du ménage en bénéficie.

La garantie Visale s’applique pour un montant de loyer qui ne doit pas dépasser 1500€ (charges comprises) en région parisienne et 1300€ (charges comprise) dans le reste de la France.

Dernière information importante : la signature du bail ne doit avoir lieu qu'après que le bailleur a validé son contrat Visale.

Assurance sur les dégradations locatives

Une autre source de crainte pour un propriétaire est la dégradation de son bien par son locataire. Action logement l’a bien compris en faisant évoluer son service dans ce sens. Depuis le 1er février 2019, la garantie Visale couvre en effet les dégradations locatives à hauteur de deux mois de loyers et de charges (attention il n’a pas d’effet rétroactif sur les contrats). Elle est donc également une alternative gratuite à la traditionnelle caution.

Certaines dégradations ne sont pas couvertes. Action logement ne prend pas en compte les dégradations liées à la vétusté, aux dommages causés aux espaces verts, aux aménagements extérieurs, ou encore aux biens mobiliers.

Vous l’aurez compris, la garantie Visale protège les propriétaires bailleurs des dégradations et des risques d’impayés. De quoi rassurer quand on s’engage pour la première fois dans un investissement locatif, même si le nombre de mauvais payeurs reste très faible en France (moins de 1%).

liins-blog4

Salarié, profession libérale, travailleur indépendant, fonctionnaire… La retraite par points est déjà une réalité pour une partie ou la totalité de vos pensions retraites. En voici le fonctionnement.

Si le régime général de base pour les salariés repose sur le principe de la cotisation de trimestre, celui des professions libérales ou la retraite complémentaire des salariés et des fonctionnaires s’appuient sur le régime par points. Ce système s’articule sur deux grandes périodes : l’achat de points et la conversion des points. Durant sa vie active, chaque personne acquière des points, qui dépendent de la rémunération et de leur valeur d’achat.

Le cas des professions libérales et des salariés

Pour les professions libérales

Depuis 2015, il existe deux cotisations :

Sachant qu’il y a un minimum de versement exigé : 461 euros en 2018, 466 euros pour 2019. Quand un professionnel perçoit au moins le plafond de la Sécurité sociale, il obtient 525 points au titre de la première cotisation. S’il perçoit moins, le nombre de points est proportionnel : 263 points pour des revenus équivalents à la moitié du plafond par exemple. Il s’y ajoute 25 points avec la seconde cotisation sous réserve d’une rémunération supérieure à 5 fois le plafond. En dessous, le nombre de points est proportionnel là aussi.

Pour les salariés

Depuis 2019, il n'y a plus qu'un seul régime Agric-Arrco, et non plus deux, que l’on soit non-cadre (avant uniquement Arrco) ou cadre (avant Arrco et Agric). Dit autrement, le statut de cadre, ou non-cadre, n’est plus plus pris en compte. Seule la rémunération fait référence : salaires, primes, indemnités de fin de contrat de travail à durée déterminée, indemnités de congés payés, indemnités compensatrices (congés payés, compte épargne temps ou RTT), indemnités de non-concurrence, indemnités liées à la rupture du contrat de travail, avantages en argent et en nature (hors remboursement de frais professionnels) et pourboires.

Là aussi, il y a deux cotisations :

Pour connaître le nombre de points obtenus chaque année, il faut diviser le montant total des cotisations par la valeur du point déterminée chaque année.

La conversion des points à l’âge de la retraite

Quand un professionnel libéral ou un salarié prend sa retraite, sa pension retraite par point repose sur plusieurs facteurs.

D’abord, il y a une décote, ou une surcote, s’il part avant ou après, l’âge légal : 62 ans ou 65 ans.

Ensuite, il doit avoir cotisé un nombre de trimestres minimum : 160 à 172 trimestres selon la date de naissance. S’il a tous ses trimestres, il peut partir en retraite à 62 ans avec un taux plein. Sinon, il peut cesser de travailler mais subira une décote. S’il lui manque des trimestres, il peut obtenir une pension à taux plein en arrêtant toute activité professionnelle entre 65 et 67 ans. Enfin, le nombre de points acquis tout au long de la vie est multiplié par la valeur du point, qui peut être revalorisée chaque année.

Au total, la retraite par points versée correspond au nombre de points acquis multiplié par la valeur du point, le tout majoré, ou minoré, par une surcote, ou une décote.

D’où l’importance de consulter, dès 40 ans, et au moins une fois tous les cinq ans, son relevé de carrière afin de suivre l’évolution de vos cotisations et anticiper vos besoins de compléter les pensions retraite de base et complémentaire que vous percevrez. Il est accessible sur votre espace personnel depuis le site de la caisse nationale de l’assurance vieillesse. Ce suivi permet aussi de choisir l’âge de votre départ à la retraite, et pas seulement en fonction d’un taux plein mais aussi selon vos capacités de revenus générés par votre épargne personnelle. Un exercice d’autant plus nécessaire que si vous changez de métier plusieurs fois dans la vie, vous aurez autant de règles et de calculs différents à appliquer pour reconstituer vos droits.

Liins, votre conseil en création et optimisation de patrimoine.

Spécialiste depuis plus de 17 ans en ingénierie fiscale et patrimoniale, Liins saura vous proposer divers supports pour répondre à vos attentes : immobilier, produits financiers, liquidités, épargne…

Recevez chaque mois nos dernières actus (promis, pas de spam !)

Ma Newsletter

©2020 - Liins - Mentions légales
chevron-right