liins-logo
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Pinel : et parès ?

C’est un sujet dont on parle (trop ?) peu. Un investissement locatif dans l’immobilier neuf de type Pinel ne doit pas se considérer sur la seule période de défiscalisation (6, 9 ou 12 ans). Certes, cette période est particulièrement intéressante pour le contribuable car elle est synonyme d’une forte réduction d’impôt. Néanmoins un investissement doit toujours se considérer sur la durée : les conditions de gestion ou de revente post-défiscalisation auront un impact direct sur la rentabilité globale de l’investissement. C’est pourquoi il est important de bien anticiper cette sortie du régime fiscal.

Au terme de la période d’engagement, dressez un premier bilan

Avant toute décision, il est utile d’analyser la période de location écoulée :

Répondre à ces questions vous permettra d’y voir plus clair, et vous aidera à vous orienter vers l’une des 3 solutions qui s’offrent à vous : vendre le bien, continuer à le louer, ou, pourquoi pas, l’occuper (vous ou vos enfants par exemple).

Continuer la location

Si vous n’avez aucun problème à louer votre appartement, c’est que ce dernier répond à une vraie demande. Dans ce cas, pourquoi alors ne pas continuer à le louer ? Surtout que, sorti du cadre de la défiscalisation, vous n’êtes plus soumis aux plafonds de loyers Pinel. Vous pouvez donc fixer librement le montant du loyer (restez néanmoins dans les prix du marché). Selon l’état du logement, la fin de la période de défiscalisation peut être la bonne occasion de faire quelques travaux pour le rendre plus attractif, des travaux que vous pourrez déduire.

Le statut de loueur meublé

En parlant de recettes, si vous souhaitez continuer à louer votre bien, il peut être intéressant de vous orienter vers la location meublée non professionnelle. L’intérêt de ce dispositif se mesure en regard de votre tranche marginale d’imposition et plus largement de votre situation fiscale. Mais cette solution s’avère souvent plus avantageuse fiscalement que la location nue. Car qui dit loyers encaissés dit imposition de ces loyers, une imposition à laquelle vous risquez d’être d’autant plus sensible que vous ne profiterez plus de la réduction Pinel. Ce statut LMNP vous offre la possibilité de déduire de vos recettes (loyers) vos charges et d’amortir la valeur du bien ; ce qui vous permet de ne pas payer d’impôt sur les revenus locatifs (ou de les diminuer fortement).

Revendre le bien

Si vous ne voulez pas continuer à louer votre bien pour récupérer votre capital ou éviter toute contrainte de gestion, la vente est indiquée. Néanmoins, là encore, pas de précipitation.

Attendez si vous le pouvez que votre locataire ait quitté les lieux. Un appartement occupé n’intéresse le plus souvent que les investisseurs, qui de manière générale, cherchent à baisser les prix dans un objectif de rentabilité locative.

Mais surtout, si vous vendez au lendemain de la période de défiscalisation, votre bien sera directement en concurrence avec les appartements voisins (achetés en même temps par d’autres investisseurs). Ce qui aura pour effet de tirer les prix vers le bas. Ainsi, avant toute démarche, renseignez-vous auprès de la copropriété sur les appartements à la vente dans votre résidence.

Profiter du bien pour vous ou vos proches

Enfin, vous pouvez très bien décider de conserver le bien pour vous : que ce soit pour bénéficier d’un pied à terre ou loger votre enfant par exemple. Dans cette perspective, sachez qu’en qualité de propriétaire, vous pouvez prendre congés de votre locataire. Pour ce faire, vous devrez adresser à votre locataire un « congé pour reprise », notifié 6 mois avant la date de fin d’échéance du contrat du bail.

Ne vous précipitez pas à l’issue de votre période d’engagement. La sortie du dispositif de défiscalisation est une étape importante pour consolider la rentabilité de votre investissement. Certes il s’agit de tenir compte de vos objectifs, mais il est également important de considérer votre nouvelle situation fiscale et patrimoniale et de prendre en considération du contexte économique (état du marché, concurrence avec d’autres logements…).

pinel 2019

La fin de l’année est souvent une période dense pour nous CGP : entre la loi de Finances qui peut redistribuer les cartes des aides de l’Etat et la signature des actes, nous sommes particulièrement actifs auprès de nos clients. Pour ceux qui souhaitent investir en loi Pinel et profiter de la réduction d’impôt dès 2020, il devient urgent de déposer son dossier de demande de crédit immobilier. Ainsi, les dossiers de demande de financement pour un investissement locatif doivent être déposés au plus tard entre le 15 octobre et les 15 novembre selon les banques

Investissement Pinel : les échéances importantes

Lorsqu’on souhaite investir dans l’immobilier en diminuant sa pression fiscale, investir en loi Pinel peut s’avérer une solution intéressante. Dans le cadre d’un investissement défiscalisant dans l’immobilier neuf, Il faut savoir que ce qui enclenche la réduction d’impôt, c’est la date d’achèvement de l’immeuble.

Mais si vous faites l’acquisition d’un logement déjà terminé, c’est alors la date d’achat qui sera prise en compte. Autrement dit, la date de la signature de l’acte authentique chez votre notaire. Celle-ci doit avoir lieu avant le 31 décembre 2019 afin de pouvoir profiter de votre réduction d’impôt sur le revenu dès 2020.

Il est encore temps de concrétiser votre projet Pinel

Ceux qui ont un projet d’investissement en Pinel peuvent donc encore le concrétiser. Comme le précise notre partenaire de courtage en crédits immobiliers, Vous Financer, «  le temps de trouver le bien, obtenir le contrat de réservation, déposer le dossier de prêt complet, obtenir l’accord, puis l’offres de prêt et attendre les 11 jours pour la renvoyer, pour signer au 31/12, on est encore dans le timing ».

Mais il ne faut cependant plus traîner. Certaines banques de notre partenaire nous ont informé que les dossiers de demande de prêt devront être transmis au plus tard le lundi 21 octobre 2019 ; d’autres, plus spécialisées dans le financement d’investissement locatif, pourront attendre jusqu’au 20 novembre.

Petite astuce à connaître pour gagner un peu de temps : vous pouvez déposer votre dossier de prêt à votre banque avant la purge du délai de rétraction de 10 jours, dont disposent les promoteurs à la contre signature du contrat de réservation. Cette contre signature du promoteur ne sera en effet exigée que pour le déblocage des fonds.

Bien sûr, s’il est encore temps d’investir cette année en Pinel, il ne s’agit pas de confondre vitesse et précipitation. Il est important de bien sélectionner le bien immobilier, la défiscalisation n'étant pas une fin en soi.

Les pièces à rassembler pour votre demande de prêt

Pour gagner du temps dans le traitement de votre dossier de prêt, voici, pour rappel, les documents que vous devez a minima rassembler :

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions complémentaires.

retouvez nous au salon de l'immobilier le 11 octobre à Paris

LIINS sera présent au salon de l'immobilier et de l'investissement à Paris.

Une occasion propice pour pouvoir échanger, vous conseiller et vous accompagner dans votre projet immobilier.

Si vous souhaitez que nous étudions en amont votre projet afin d'en discuter sur le salon, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec l'un de nos consultants parisiens.

liins-blog5

Un propriétaire-bailleur peut réduire les loyers qu’il perçoit. En effet, il est possible de déduire des revenus issus d'une location meublée toutes les charges non recouvrées auprès du locataire. Voici lesquelles et comment procéder.

Réduire ses revenus issus de la location meublée n’a rien d’illégal, ni d’immoral. Il s’agit de tenir compte de la réalité des charges payées par le propriétaire-bailleur pour exploiter le bien. Et ceci est rendu possible car louer un logement est une activité commerciale. A ce titre, les loyers perçus vont suivre le régime fiscal dit des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Le terme de bénéfices prend ici tout son sens. En effet, qui dit bénéfices, dit une soustraction des dépenses aux recettes. Bien sûr, les charges recouvrées auprès du locataire ne sont pas prises en compte : eau, électricité, taxe d’enlèvement des ordures ménagères… Par ailleurs, comme la détention d’un bien s’étale sur longue période, il est possible de répartir les dépenses sur plusieurs années en suivant le principe comptable des amortissements. C’est le cas pour toutes les charges d’exploitation d’un bien supérieures à 600 euros. Sous ce montant, la déduction peut se faire en une fois. Dans tous les cas, une condition essentielle : conserver une facture authentique pour chaque charge et pouvoir la présenter en cas de contrôle des inspecteurs des impôts.

Entretien, réparation et travaux

Dans le détail, il existe plusieurs types de charges déductibles des revenus fonciers. D’abord il y a toutes les dépenses liées à l’entretien du bien comme le traitement des boiseries contre les termites ou la dératisation. Il s’y ajoute les réparations et les travaux : plomberie, électricité, chauffage, rafraîchissement du logement, ravalement de façade, changement des huisseries, isolation, agrandissement du bien… Vous pouvez y inclure aussi tous les équipements mis à disposition dans le logement.

 Ensuite, il y a les dépenses liées à la gestion du bien. Concrètement, si vous faites appel à un service de gestion locative, ses commissions et divers frais peuvent être déduites des loyers à déclarer à l’administration fiscale. Attention, si la location s’opère par l’intermédiaire d’un exploitant : ses frais de services ne sont pas déductibles car il a un bail de locataire avec une autorisation de le sous-louer. En revanche, les honoraires du syndic de copropriété ou les frais de gardiennage de l’immeuble, par exemple, sont, eux, éligibles à la déduction. Et dans le cas où vous gérez vous-même le bien, vos frais de correspondance, de publicité et de téléphone également.

Les charges du bailleur et les frais d’acquisition

Puis, il y a les dépenses récurrentes auxquelles le propriétaire-bailleur ne peut pas échapper. C’est-à-dire les impôts fonciers sauf s’il existe une exception précisée au contrat de bail, la cotisation foncière des entreprises, l’assurance de la copropriété, la responsabilité civile de la copropriété, la garantie des loyers impayés si elle est souscrite ou encore les honoraires de l’expert comptable pour établir les calculs des dépenses déductibles et le montant réellement imposable.

Enfin, et surtout, vous pouvez prendre en compte l’ensemble des frais liés à l’acquisition du bien : notaire, intermédiaires dans la transaction... Il ne faut pas oublier les intérêts d’emprunt et le coût de l’assurance emprunteur, si un emprunt a été contracté pour l’achat du bien. Et cerise sur la gâteau : vous pouvez amortir le prix d’acquisition (hors coût du terrain) et le coût de l’aménagement du bien à proportion de la durée de la détention du bien. Il faut toutefois respecter des limites de temps : 3 à 10 ans pour des travaux ou équipements et de 15 à 30 ans pour l’acquisition du bien.

Au total, chaque année, vous pouvez déduire vos charges dans la limite de vos revenus BIC. Or les premières années, elles peuvent être supérieures. Il est possible de reporter l’excédent sur dix ans sous conditions. Ce qui demande de l’aisance comptable. L’appui d’un professionnel est particulièrement utile non seulement pour ses opérations mais aussi pour choisir le bon modèle d’investissement locatif et le régime fiscal le plus approprié. Tous ne permettent pas la déduction des charges des revenus fonciers.

En savoir plus :

http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/3943-PGP

http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4052-PGP

Liins, votre conseil en création et optimisation de patrimoine.

Spécialiste depuis plus de 17 ans en ingénierie fiscale et patrimoniale, Liins saura vous proposer divers supports pour répondre à vos attentes : immobilier, produits financiers, liquidités, épargne…

Recevez chaque mois nos dernières actus (promis, pas de spam !)

chevron-right