liins-logo
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

L’assurance-vie en 9 questions

L’assurance vie est un placement quasi incontournable. Ce n’est pas sans raison s’il est qualifié de “couteau suisse” de l’épargne : quel que soit son âge, son patrimoine, sa capacité d’épargne, ses objectifs (épargne ou succession), posséder une assurance vie est souvent une solution adaptée. Essayons de mieux comprendre ce placement aux travers des 9 questions que me posent le plus souvent mes clients.

Assurance vie, assurance décès, est-ce la même chose ?

C’est une confusion fréquente. Même si la dénomination de ces placements parait similaire, une assurance vie n’est pas comparable à une assurance décès. L'assurance vie est avant tout un produit d’épargne, qui permet, en plus, de transmettre un patrimoine dans des conditions fiscalement avantageuses. Une assurance décès est quant à elle un produit de prévoyance, ayant pour unique objectif de protéger financièrement vos héritiers en cas de décès, grâce au versement d’un capital.

L’argent placé dans un contrat vie est-il bloqué pendant huit ans ?

Contrairement à une idée reçue, pas du tout. Vous êtes libre de puiser dans votre assurance vie à tout moment. Votre argent n’est jamais bloqué.

En revanche, si vous retirez votre épargne avant 8 ans, les plus-values que vous aurez dégagées seront plus largement imposées que si vous attendez cette échéance. Après 8 ans, vous pouvez en effet retirer jusqu’à 4 600€ (de gains) par an sans aucune imposition. La part de capital, elle, n’est jamais taxée.

Suis-je obligé d’effectuer des versements réguliers ?

Sachez que rien n’est imposé par le Code des Assurances. Tout dépend donc de l’assureur, et de votre contrat. Si vous optez pour un contrat en versement libre, vous avez le plus souvent un minimum à verser lors de la souscription (de 500 à 10 000€ selon les assureurs). Dans ce cadre, vous pouvez aussi programmer des versements chaque mois, ou chaque trimestre, un bon moyen pour vous constituer une épargne sur la durée. Dans ce type de contrat à privilégier, vous restez néanmoins libre à tout moment d’arrêter, de réduire ou d’augmenter vos cotisations.

Combien « rapporte » une assurance-vie ?

Tout dépend des risques que vous êtes prêts à prendre ! L’essentiel pour vous est de ne rien perdre de votre capital, quelles que soient les circonstances ? Les fonds en euros sont faits pour vous. Mais n’espérez alors qu’une faible rentabilité (autour de 1,5%, ce qui est déjà mieux qu’avec le livret A). Vous avez envie de prendre un maximum de risques pour un maximum de rendement ? Certains fonds en unités de compte permettent d’atteindre des rendements de 30% (mais au risque de tout perdre). Il est possible de mixer fonds en euros et fonds en unités de compte pour aller chercher le meilleur couple rendement / risque. Tout dépend donc, in fine, de votre profil et de l’horizon de votre placement.

Pourquoi faut-il apporter un soin particulier à la clause bénéficiaire ?

L’assurance vie n’entre pas dans le cadre de votre succession ; le capital est entièrement versé au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) dans le contrat. D’où l’importance de la rédaction de la clause bénéficiaire, au même titre qu’un testament.

Le plus souvent, par défaut, les contrats d’assurance vie comportent une clause standard qui prévoit le versement du capital au décès de l’assuré « au conjoint ; à défaut, aux enfants nés ou à naître, vivants ou représentés, par parts égales ; à défaut aux héritiers ou ayants droit du souscripteur ». Si vous souhaitez qu’il en soit autrement, il vous faudra le mentionner dans la clause bénéficiaire en étant le plus précis possible pour éviter toute ambiguïté. Sachez qu’il vous est également possible de désigner le ou les bénéficiaires dans votre testament.

Est-ce encore intéressant d’investir dans une assurance vie au regard des taux d’intérêt bien plus faibles que par le passé ?

En toute objectivité, je le conseille, oui. Il ne s’agit pas de placer toute votre épargne sur un contrat d’assurance vie. Mais au regard de la fiscalité de ce placement, de sa flexibilité, et de son rendement (qui reste toujours bien plus intéressant que celui d’un livret A, même dans sa version “prudente”), ce serait vraiment dommage de ne pas profiter de ce placement, a fortiori si vous n’avez pas besoin de piocher dans cette épargne pendant 8 ans.

Est-ce intéressant de conserver une assurance vie passé 70 ans ?

L’assurance vie perd de son intérêt relatif après 70 ans seulement en termes de transmission : en effet, passé cet âge, l’abattement sur les droits de succession dont bénéficient les héritiers passe de 152 500€ à 30 500€ (cela ne concerne bien sûr que les versements effectués après 70 ans). En fonction des sommes déposées, il est donc conseillé de désigner comme bénéficiaires des contrats d’assurance-vie ouverts après 70 ans les personnes les moins lourdement taxées par la succession, comme les enfants.

En revanche même après 70 ans, vous pouvez continuer à retirer chaque année sans subir d’imposition jusqu’à 4 600€ (de gains), ou 9 200€ pour un couple. L’assurance-vie reste donc un produit d’épargne particulièrement intéressant même après 70 ans !

Est-ce que je peux transférer mon assurance chez un autre assureur ?

Depuis l’instauration de la loi Pacte, vous avez désormais la possibilité de transférer votre assurance vie chez un autre assureur, en conservant donc l’historique du contrat. Cela peut être intéressant si les frais pratiqués sont élevés, ou le rendement constaté n’est pas à la hauteur de vos attentes. Il est important de bien analyser ce que vous avez, et ce que vous gagnerez en changeant d’assureur.

Comment choisir une bonne assurance vie ?

L’assurance vie peut être un produit complexe ; de nombreux acteurs se partagent par ailleurs ce marché. Il est donc important de savoir décrypter et comparer les offres, surtout en tenant compte de votre profil d’investisseur, de vos objectifs et de votre horizon de placement. Un conseiller en gestion de patrimoine est sans doute le mieux placé en la matière pour vous conseiller.

Articles par mots-clés : 
Baptiste Pannetier
https://www.liins.fr/nos-equipes-liins/gestion-patrimoine-paris/
Depuis 2014, Baptiste transmet son énergie et son savoir auprès de ses clients, mais aussi de ses collaborateurs. Il a toujours beaucoup de questions à poser ! C'est sa manière de manifester son intérêt et son enthousiasme, mais aussi de lever toutes les incertitudes. Car, pour Baptiste, sérénité et confiance sont indissociables d'un investissement réussi.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Vous ne trouvez pas la réponse à vos questions ? Tapez les mots clés de votre choix (ou appelez-nous !) :
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Chaque mois, les dernières actus (promis, pas de spam !)

Restons en contact
Suivez toute notre actualité sur linkedin
Liins, votre conseil en création et optimisation de patrimoine.

Spécialiste depuis plus de 17 ans en ingénierie fiscale et patrimoniale, Liins saura vous proposer divers supports pour répondre à vos attentes : immobilier, produits financiers, liquidités, épargne…

Recevez chaque mois nos dernières actus (promis, pas de spam !)

Ma Newsletter

©2020 - Liins - Mentions légales
justo eget ut efficitur. mattis commodo ante. ut non odio